• Tours (37)

     

    Voilà quelques semaines, je suis allée en visite chez une blogueuse qui habite Tours. Une amitié virtuelle qui devient réelle, ça fait chaud au coeur.

    Elle m’a emmenée dans le vieux Tours sous un ciel qui n'était pas très bleu, peu importait, la joie était dans nos coeurs, je sais, je me répète mais c’était vraiment une très belle rencontre. Merci à toi Solé.

    Et le lendemain (pour vous ce sera lundi prochain), visite de Chenonceaux.

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

    Tours (37)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    18 commentaires
  • Parc Georges Brassens

     

    Le parc Georges-Brassens se trouve dans le 15e arrondissement de Paris sur l'emplacement des anciens abattoirs de Vaugirard.

    Ouvert en 1985, il couvre une superficie de 8,7 hectares sur un terrain en dénivelé qui abritait au XVIIIe siècle, le vignoble de Périchot.

    En haut de la colline, à côté du rucher, j’ai été surprise de voir cette de vigne (bien protégée) de cépage pinot noir encore exploitée. Cette vigne de 1 200 m2, comporte 700 pieds, soit la deuxième en importance dans Paris. Le vin, produit sous l’appellation « Clos des Morillons », mis en bouteilles de 50 cl, est vendu aux enchères publiques à la mairie du 15e.

    Le produit de la vente est versé à des œuvres sociales de l'arrondissement. La vinification, la mise en bouteilles et l'élevage du vin se font dans les sous-sols de l'ancienne mairie de Grenelle.

    Une belle visite, je me suis sentie comme à la campagne.

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

    Parc Georges Brassens

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • Musée Paul-Belmondo

     

    Paul Belmondo (père de Jean-Paul) était un sculpteur bien connu chez les initiés, un peu moins du grand public. 

    L’été dernier, par le plus grand des hasard,  j’ai admiré deux de ses oeuvres (Jeannette et Apollon) exposées au Jardin Des Tuileries.

    Je ne le connaissais pas, j’ai voulu en savoir plus aussi je me suis rendue au musée qui porte son nom. 

    Ce musée abrite un ensemble exceptionnel de sculptures, médailles et dessins de celui qui fut le dernier des grands sculpteurs classiques français. Son œuvre sculpté se compose ainsi de modèles originaux en plâtre, d’œuvres préparatoires et d’œuvres en marbre ou en bronze.

    Cette collection unique en France résulte de la donation des enfants du sculpteur (Muriel, Alain et Jean-Paul) à la ville de Boulogne-Billancourt (92) en septembre 2010.

    Ce musée accueille aussi des oeuvres de sculpteurs de sa génération.

    Et tous ces Apollon!, ils inspirent! non?….

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

    Musée Paul-Belmondo

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    29 commentaires
  • Le jardin D’Ypres (62)

    Nous sommes toujours au Touquet-Paris-Plage

    Après ma promenade sur la plage et en ville, j’avais encore du temps avant de prendre mon car pour rentrer. Comme toujours, mon habitude est de chercher quelques coins de verdure, j’ai trouvé ce délicieux jardin. 

    D'abord jardin public en 1905 puis il devient Jardin d'Ypres en 1935.

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

    Le Touquet (62) (2)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    22 commentaires
  • Le Touquet (62) (1)

     

    Le Touquet-Paris-Plage, c’est le nom officiel de cette station balnéaire située sur la Côte d'Opale, à l'embouchure de la Canche. Couramment nommée:              « Arcachon du Nord », « Jardin de la Manche », « Perle de la Côte d'Opale »,   « Paradis des sports » ou « Station des quatre saisons ». Un important patrimoine architectural de style anglo-normand et de vingt-et-un bâtiments protégés au titre des monuments historiques qui en font la station balnéaire française la plus titrée.

    Photos de juin dernier, une intéressante sortie. Je n’ai pas rencontré qui vous savez, seulement quelques CRS ….

      

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

    Le Touquet (62) (1)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    31 commentaires
  • En 1968 j’avais 20 ans..., et... 50 ans ont passés. Déjà!

    Je vous offre mon souvenir de ce mois-là, resté dans l’histoire mais aussi dans mon coeur pour d’autres raisons.

    Avec ma toute nouvelle amie Monique, (encore plus folle que moi) nous avons voulu changer de vie et pour ce faire changer de travail.

    Nous voilà engagées dans une ferme au "Théron". C'était un petit fermier qui était producteur (entre autre) de fraises. Ainsi, tout le mois de mai 68, nous l'avons passé en maillot de bain et casquette dans un champ de fraises. Au début, nous avons eu un très violent mal au dos, mais peu à peu, le corps s'habitue et nous avons appris à préparer de jolis petits paniers de fruits que le patron allait, chaque jour, vendre directement aux commerçants de la région. Dans le calme de la campagne, sous le soleil, nous avions d'interminable discussions, nous avons tenté encore d'y intéresser le patron et la patronne qui travaillaient avec nous, lui, participait parfois mais elle, elle disait: «-Mais où vont-elles chercher tout ça!». Nous étions logées et nourries chez eux, le soir, ils nous invitaient (avec insistance) à aller nous coucher. Nous montions dans la chambre, et aussitôt nous sortions par la fenêtre, non pas parce que nous voulions aller quelque part, mais par simple esprit de contradiction. 

      Mai 68…  Il y avait une parente à eux qui était venue spécialement pour cuisiner, elle faisait bien la cuisine mais elle était très sale et chaque soir, elle regardait la crasse sur ses jambes et disait: «-Demain, va falloir que je me lave». Mais elle ne le faisait jamais. L'après-midi, quand elle avait fini de laver sommairement la vaisselle, elle venait aux champs nous aider, et, lorsqu'elle avait un besoin, elle s'éloignait d'à peine deux mètres, écartait ses jambes et en soulevant légèrement ses jupons, elle urinait debout. C'était la récréation, nous en mourions de rire.

         Nous n'écoutions pas la radio, nos conversations nous suffisaient, nous n'étions que très peu au courant des événements politiques. Mais un jour, le patron nous dit qu'il devait chercher de l'essence car au village il y en avait plus. Plus d'essence? comment ce fait-il?. C'est ainsi que nous avons pris conscience de la gravité de la crise. Tout était bloqué, la France était paralysée, tout le monde en grève sauf ceux qui travaillaient à leur compte, mais bientôt ils ont bien étés obligés d‘arrêter aussi, faute de carburant ou de matières premières ou à cause des barrages que les grévistes organisaient pour tout bloquer. Alors, tous les vélos, neufs ou vieux,.sont sortis dans les rues et chacun tentait de s’approvisionner comme il pouvait, car bien vite, les magasins ont été vidés. Alors, trocs et systèmes D ont refait surface. Nous deux, n'avions aucun soucis, nous passions à table sans nous inquiéter, nous ramassions les fraises tranquillement, et nous n'avons même pas pensé à faire grève. Le patron n’avait aucun mal à écouler sa production, les gens manquaient de tout et le moindre panier de fraises était le bienvenu. Mais son transport commençait à poser problème. 

         C’est alors que le grand-père qui vivait là aussi est revenu sur le devant de la scène. Il avait un vieux cheval qu’il avait sauvé de l’abattoir, ce cheval coûtait beaucoup de foin et ne rapportait rien mais son fils, après de violentes discussions, avait accepté de le garder à la ferme. Un matin, nous avons eu la surprise de trouver le cheval dans la cour attelé à une vieille carriole, et le père demandant au fils: «-Allons, charges donc tes caisses et je vais te les porter où tu veux». Et le vieux a fait les livraisons, bien content de pouvoir enfin critiquer, le pétrole, les moteurs et le modernisme.

    Courant juin, le travail a repris peu à peu, et tout est revenu à la vie, à un cours normal. Nous ne savions pas encore que Mai 68 entrerait dans l'histoire de notre pays, c'est petit à petit que les mentalités ont changé, les gens ont osé..., osé parler de leur pensées profondes, ont osé demander, ont osé se plaindre de tout, même injustifié, et ont osé exiger. Mai 68…

    Une vraie révolution culturelle et sociale. Enfin tout ceci est mon opinion toute personnelle.

        Voici quelques slogans de l'époque, ils ne sont pas forcément judicieux mais je les adore:

    ·         Il est interdit d'interdire

    ·         Désirer la réalité, c'est bien! Réaliser ses désirs, c'est mieux !

    ·         Ne vous emmerdez plus ! Emmerdez les autres !

    ·         J'ai quelque chose à dire, mais je ne sais pas quoi.

    ·         Ouvrons les portes des asiles, des prisons et autres facultés.

    ·         Nous sommes des rats (peut-être) et nous mordons les enragés.

    ·         J'emmerde la société et elle me le rend bien !

    ·         Le respect se perd, n'allez pas le chercher !      

    ·        Le pouvoir est au bout du fusil. (Est-ce que le fusil est au bout du pouvoir ?)

    ·         Ne prenez plus l'ascenseur ! Prenez le pouvoir !

    ·       Les murs ont des oreilles. Vos oreilles ont des murs.

    ·         Soyez réalistes, demandez l'impossible !

    Je vous abandonne 3 semaines pour une visite dans Les Pyrénées….

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • Au fil de mes balades, j’ai capturé ça et là, des animaux qui ne souffriront pas de cette mise en cage!....

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

    Des animaux…. autrement.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    28 commentaires
  • Toujours avec Auguste Rodin dans ce bel hôtel particulier Biron.

    De nombreuses oeuvres sont sous verre ce qui rend difficile la photo. où qu’on se place, il y a toujours des reflets.

    Bonne semaine à tous.

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

    Musée Rodin (2)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires