• L’arbre qui ne veut pas mourir…  J’étais bien tranquille sur le bord de l’allée du parc communal, les promeneurs me saluaient souvent, enfin surtout leurs chiens mais je ne leur en tiens pas rancune, à chacun son style de vie. Les enfants qui s’entraînaient sur le terrain de football me divertissaient. J’avais beaucoup d’amis, beaucoup d’oiseaux, beaucoup d’insectes, aucune pollution. Bref j’étais heureux.

    Mais un jour, un grand vent déchaîné venu du fond de l’horizon accompagné d’un orage impitoyable a fait frémir tous les arbres du parc. Chacun tentait bravement de résister en se pliant en deux pour moins souffrir des rafales tyranniques. Des lumières aveuglantes illuminaient tout le village. Je songeais à la tempête de 1999 qui avait fait tant de morts. 

    Je rassemblais tout mon courage pour tenir tête aux assauts lorsque la foudre s’est abattue sur moi, j’ai perdu connaissance. C’est la pluie qui m’a réveillé, je sentais l’eau couler à l’intérieur de moi jusque dans mon cœur. J’ai pris conscience avec horreur que mon faîte était tombé. Il ne me restait plus que deux malheureuses branches de chaque côté. J’étais désespéré, mais le pire était à venir. 

    Une Tronçonneuse est arrivée pour déblayer l’allée. Elle s’en est donné à cœur joie de me débiter en bois de chauffage. Je n’ai rien contre le chauffage au bois mais ça fait vraiment mal aux tripes. Quand j’ai compris qu’elle allait me couper au ras du sol, j’ai su que j’allais mourir alors, je suis entré en sommeil.

    Longtemps plus tard, j’ai senti que les insectes me chatouillaient de partout puis j'ai entendu le coucou et je me suis réveillé… Comment, je suis encore vivant ?  La tronçonneuse m’avait laissé deux mètres de troncs. 

    Pourquoi m’avait-elle épargné ? J’ai su longtemps plus tard que des trombes d’eau étaient tombées et Madame la Tronçonneuse ne supporte pas l’eau. Et après, elle m’a oublié.

    Que vais-je faire avec un tronc sans branches ? Impossible de faire une fleur. Pourtant le printemps était là, c’est les oiseaux qui me l’ont dit. 

    Mon voisin m’a parlé sur un ton narquois : «  -  Hé !, drôlement handicapé l’ami, que vas-tu faire ?, tu n’as même plus une brindille pour accueillir un pinson !

    - Ouaih !, tu riras moins au prochain orage…»   

    Hélas il avait raison, je ne savais quoi faire, j’avais du mal à respirer.

    Quatre saisons plus tard, mon voisin m’interpelle à nouveau :

    «  - Alors le Tronc, comment vas-tu ?

    - Mieux, comme tu vois j’ai réussi à faire une branche. 

    - Wouaih ! Et pourquoi une seule ? 

    - Pour qu'elle soit la plus droite de tout le parc ! 

    - Tu frimes ! C’est une pie qui a lâché un noyau de cerise sur toi et il a poussé !

    - Tu es vraiment mauvaise langue : du moment que je nourris, la pousse est à moi.

    - J'insiste, avant tu avais des fleurs roses et des feuilles pourpres comme moi et là, une malheureuse fleur blanche et des feuilles vertes !

    Occupe-toi de tes couleurs et laisse les miennes tranquille.»

    Je ne lui ai plus rien dit mais ces propos m’ont donné un bon coup au moral.

    Malgré mon grand âge, j’espère encore, je n’arrive pas à envisager de quitter ce beau parc Maurice Froment. Je voudrais tenir compagnie encore longtemps à tous mes amis et surtout à l’arbre qui pleure toujours sur sa béquille.  Petite Jeanne, 2021.

    Je vous abandonne pour quelques temps, cause déménagement… A bientôt.

    Je souhaite un très bel été à toutes et tous. 

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    L’arbre qui ne veut pas mourir…

    Partager via Gmail Yahoo!

    22 commentaires
  • Veigné, Candé (37)

     

    En quittant l'hôtel 5 étoiles de Montbazon, nous avons fait un petit arrêt à Veigné. Dans la simplicité du parc, je me sentais plus à l'aise.

    Puis, sur le retour vers Tours, nous avons aperçu le château de Candé. 

    Ce manoir renaissance a eu ses heures de gloire. Actuellement propriété de l'Indre-et-Loire, il se visite en été et le domaine possède 2 parcours de randonnées. 

    Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)Veigné, Candé (37)  

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires
  • Château d'Artigny (37)Le château d'Artigny, cet hôtel 5 étoiles, se trouve sur la commune de Montbazon (37250), à seulement 15 km de Tours.

    Parce qu’il domine la vallée, on aperçoit de loin les pierres blanches du majestueux Château d’Artigny rêvé à la Belle Époque par le célèbre parfumeur François Coty. Vingt-cinq hectares de parc, un jardin à la française, marbres, boiseries, fresques en trompe-l'œil, rien n’était trop beau pour cette demeure aménagée aujourd’hui en élégant château-hôtel.

    C’est au cours de la guerre de cent ans, qu’un premier château, une forteresse, fut édifié sur la hauteur (le Puy). Au fil des siècles et des restaurations successives, il se transforma en édifice hybride qui ne trouva pas grâce aux yeux de son nouveau propriétaire, François Coty, inventeur de la parfumerie moderne. Celui-ci le fit raser en 1912 pour faire édifier à la place un somptueux château dans le plus pur style du XVIIIème siècle, copie presque conforme du château de Champlâtreux dans le Val d’Oise.

    La visite était libre pour les pauvres gens comme moi mais tout était tellement chic que je n’ai pas osé prendre beaucoup de photos. 

    Quelques Jaguar s'étaient donné rendez-vous...

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

     

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Château d'Artigny (37)

    Partager via Gmail Yahoo!

    27 commentaires
  • Mignonne, allons voir si la rose… 

    Le prieuré Saint-Cosme était, pour les chanoines du 12e siècle, « un paradis sur terre permettant d’atteindre plus facilement le vrai paradis.»

    Ce prieuré est plus connu comme demeure de Pierre De Ronsard, qui en fut le prieur de 1565 à 1585 et dont on conserve la maison où il vécut.

    Le poète, mort en ces lieux, est inhumé dans l’ancienne église.

    De nouveaux jardins et un parcours scénographique interactif redonnent toute sa dimension historique, spirituelle et poétique.

    Ce musée se trouve sur la commune de La Riche (37520), tout près de Tours.

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose…  

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

    Mignonne, allons voir si la rose… 

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    24 commentaires
  • Une petite sélection de sculptures qui ont attiré mon attention au cours de mes voyages.

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

    Un petit tour de France

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • La femme qui n’a jamais dit je t’aime

    La femme qui n’a jamais dit je t’aime, mon nouveau roman (dramatique). Sophia est née à Londres en 1945 dans une famille aisée. Sa vie ne sera pas un long fleuve tranquille, l’argent apporte à l'existence beaucoup de confort mais n'empêche pas les malheurs d’arriver… Saura-t-elle aimer ? 

    Rappel :                      

    Le roman précédent : Les gens du Domaine (une trilogie que j’ai fusionnée en un seul volume). 

    Et ma petite biographie : Les souvenirs de mon enfance.

    Je les offre volontiers en format PDF à tous ceux qui le souhaite, il suffit de me le demander en commentaires ou par mail avec le bouton “Contacts”.

    Si vous préférez une version papier, vous pouvez les commander à :

    https://www.thebookedition.com/fr/  

    Précision pour ceux qui ont demandé : Je n'ai jamais cherché un éditeur, pour moi, c'est juste un hobby. Thebookedition, un nom pompeux, en fait c'est juste une imprimerie. Pour la version papier, il faut donc payer l'imprimeur et le port. Je ne gagne rien sur ces publications.

    La femme qui n’a jamais dit je t’aime 

    Partager via Gmail Yahoo!

    31 commentaires
  • Eymet (24)

    Dernière sortie en Dordogne, nous flânons sous les arcades de la place Gambetta. 

    Située dans le Périgord pourpre, à l'extrême sud-ouest du département, la commune d'Eymet nous offre son château inscrit aux monuments historiques.

    Ce château a perdu la plus grande partie de ses courtines mais il reste d'imposants vestiges (rempart, échauguette d'angle, bretèche sur la porte, puissant donjon carré dit "tour Monseigneur" ou "tour des Anglais"), datant du XIIIe siècle.

    Traversée par le Dropt et bordée par un affluent du Dropt, l'Escourou qui offre son lac, le lac de l'Escourou. 

    Le château existait avant la fondation de la bastide et il  a donc été englobé lors de son édification. Il est rare de trouver une forteresse dans une bastide. 

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

    Eymet (24)

     Eymet (24)

    Partager via Gmail Yahoo!

    25 commentaires
  • Saint Avit Senieur (24)

    Encore une belle visite que nous avons faite en 2019. 

    Saint-Avit-Sénieur est un village, très intéressant à visiter, de moins de 500 habitants. 

    Une commune rurale située dans le sud du département de la Dordogne, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui part de Vézelay, son église a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1998 après avoir été classée au titre des monuments historiques en 1862.

    Église byzantine du XIe siècle.Un siècle plus tard,on y ajoute 2 fortes tours d’angle, la plus élevée dite Alexandre (du nom du Pape Alexandre III de l‘époque.) A partir de cette date, St Avit est nommé «Castrum Sancti Aviti Senioris» dans les textes…

    Cette église massive, partiellement fortifiée, jouxte les vestiges d'une abbaye de chanoines réguliers de saint Augustin.

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

    Saint Avit Senieur (24)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    25 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires