• 14 La charrette renversée

       A un moment, nous avons eu un cheval; les jours de foire à Villefranche, c'est à dire une fois par mois; la charrette était chargée de diverses denrées à vendre, de nous-même et nous voilà partis de bon matin. Un km avant d'arriver au but, le cheval allait bon train, voilà qu'une roue s'enfonce dans une ornière, le poids du chargement fait casser un brancard, celui-ci fouette une patte arrière du cheval, sous le choc, il s'emballe... Il est impossible de maîtriser un cheval emballé, il faut attendre qu'il se calme. Pour l'instant, celui-ci se cabre, rue tant et si bien qu'il se libère de tous ses harnais et part au galop... La charrette se renverse dans un champs en contre-bas, avec nous et tout le chargement. Mon père se met à courir pour attraper le cheval, ma mère à courir en criant derrière mon père, Simon couché à plat ventre avec un sac de châtaignes en travers du dos et moi à moitié assommée par une citrouille.

       La situation était critique.

       Je me remets lentement de mes émotions, j'entends les plaintes de Simon, il ne pouvait plus bouger, les cinquante kg de châtaignes le laissait cloué au sol. Il me prie de l'aider à se dégager, mais malgré toute ma bonne volonté, je n'arrivais pas à faire bouger le sac d'un centimètre. Personne aux alentours susceptibles de nous porter secours. Enfin, à force de contorsions, il a réussi à se libérer. Nous étions saufs, assis sur le bord de la route, nous avons longuement contemplé le désastre.

       Arrivé sur le foirail, le cheval à bout de course, s'est arrêté de lui-même, il n'avait pas créé d’accident, et déjà des hommes l’avaient attrapé et demandaient à qui était ce cheval. Époque bénie, personne ne songeait à voler, si on trouvait quelque chose, on cherchait le propriétaire pour lui rendre son bien, besoin d’un service!, même pas besoin de demander, on venait vous aider et pas question de refuser.

       Mes parents sont revenus deux heures plus tard, accompagnés du cheval bien-sûr mais aussi du menuisier avec tout son attirail pour effectuer la réparation.

       Croyez-vous que ma mère nous ai demandé si nous avions quelques blessures? pas du tout, elle nous a engueulés parce que nous n’avions pas réuni le chargement; un sac de noix s’était ouvert, j’ai été chargée de les ramasser.

    « 13 Le bois de l'homme et le lac cruel15 La lessive au ruisseau »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :