• 114: Le retour après 17 ans

    Suite...

    0 K 8 (2)Tu te rends compte, dix sept ans sans donner des nouvelles!. lIs m'ont retrouvé quand j'ai acheté la maison ici, par le consulat tu comprends, moi j’avais dis que plus jamais j’aurais donné de mes nouvelles et que tout ce que javais là-bas, ils pouvaient en faire ce qu’ils voulaient, c’est tout. Parce que mes parents n’ont pas apprécié que je me marie ici. Ça avait fait l’objet d'une grande discussion par lettre tout ça à l'époque, et je navais pas apprécié, et ce qui ma le plus étonné cest que lorsque j'y suis revenu, là personne ne ma plus rien reproché. Écoute, jai été reçu comme si je nétais jamais parti. Jy suis retourné bien sur parce que tout le monde est venu me chercher mais sur tout pour mes enfants. Je n’avais pas le droit de les priver de leurs grands parents.

     

     Alors la première fois, j’avais encore ma grand-mère, du côté de mon père. Elle aussi, elle travaillait dans les champs, elle vivait avec ma tante qui est ma marraine. Je vais chez eux, ma marraine était là mais pas la grand-mère. Ma marraine me dit: «-Je vais te conduire mais tout doucement sinon la grand-mère va avoir une attaque». On arrive dans les champs, il y avait plein de femmes qui travaillaient. Ma marraine me dit d’arrêter un peu avant, et moi je les entendais parler. Elle dit: «-Ce monsieur veux vous parler». Elle ne savait pas comment le lui dire, elle me regarde et elle dit: «-Moi je ne parle pas aux monsieur que je ne connais pas!». «-Oui mais lui a quelque chose d'important à vous dire». Les autres femmes s’y sont mises aussi: «-Allez lui parler, vous verrez bien, il n’y a pas de danger, nous sommes là!». Alors, ma marraine a dû lui dire: «-C’est F*******». Là, elle a jeté sa `rasette´, elle a couru pour me prendre dans ses bras. Tien, rien que de parler de ça, je suis tout chose. Tout seul, je croisais les gens, personne ne me reconnaissais. C’est pas bien d'avoir fait tout ça. Tout ça pour ce que je croyais être de l'amour! Merde!.

     

    0 K 8 (3) Tu sais ce que disait ma maman quand elle chantait, elle me disait: «-Maman chante parce que ça l'empêche de pleurer.

     

    A mon arrivée en France, je ne parlais pas un mot de Français. Mes deux premiers copains que je me suis fais étaient Espagnol.

    Ils m'ont appris mes premiers mots de français mais entre eux, ils parlaient espagnol; c'est pourquoi je me débrouille pas trop mal en Espagne, enfin je comprend tout mais pour parler c'est plus difficile...

    Au Portugal, on dit que les portugais à l’étranger sont tous main dans la main, j'ai appris que ca ne se passe pas toujours comme ca !. Il y en avait, les plus malins, qui étaient ici depuis un certain temps et ils exploitaient les nouveaux arrivants.

    Par exemple, ils achetaient un terrain, construisaient des baraques dessus, un robinet d'eau au milieu et louaient à prix d'or aux nouveaux (surtout ceux qui venaient illégalement) qui ne savaient pas où aller surtout au moment de l’indépendance de l'Algérie, les logements étaient réquisitionnés pour les rapatriés.

    Il y en a qui se sont fait des petites fortunes avec ces trafics. Parfois aussi, ils te proposaient de t'accompagner pour régler divers papiers dans les administrations et se faisaient payer à l'heure, au même prix qu'ils étaient payé au travail.

    Moi, je n'ai pas trop été concerné parce que je vivais à l’hôtel en pension complète mais ceux qui avaient femmes et enfants ne pouvaient pas se le permettre. 0 K 8 (1)

     Les cartes d'identité Française se font à la mairie, la mienne se fait dans une ville pas loin qui s'appelle Sin le Noble, c’est là que nous les étrangers, devons aller.

     

    C'est un passeport ou une carte de résident?.

    Non c’est une carte de résident ou une carte de séjour et après j'ai encore une carte de travail, j’avais le droit que de travailler dans le bâtiment. C’est fini ça puisque nous sommes européens mais j'ai connu çà moi oui, mais attention, pas les algériens et marocains, eux ils ont des conventions particulières puisque avant leur pays était Français. Au départ, tu ne peux bosser que dans un département, moi la Gironde, le 33. Et après petit a petit ça s'étend, pour changer de département, il fallait faire une demande à l'ANPE et si il y avait des chômeurs, nous on avait pas le droit, refusé. En plus, obligation de passer une visite médicale tous les 5 ans avec un médecin assermenté par l'état, en plus des visites obligatoires pour tous les salariés. Je recevais une convocation de la préfecture et je devais payer de ma poche, c’était cher puisque c’est un médecin spécial. Et si on avait contracté une maladie, on pouvait être renvoyé chez nous. Ça arrivait rarement. Ils obligeaient les gens a se faire soigner sur contrôle de la police pour une maladie contagieuse.

    Tu ne sais pas toi la chance que vous avez.

    A suivre (115)...

    « 113: Je te parle de ton livre115: Mes frères »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    12
    Dimanche 5 Février 2012 à 16:22

    En effet, mais sans doute cette méthode leur paraissait la plus efficace !

    Merci pour ta visite et merci à tous les visiteurs... 

    11
    Dimanche 5 Février 2012 à 15:42
    Quand j'ai travaillé au Portugal j'étais aussi contrainte à certaines obligations, entre autre, une visite médicale. Et celle-ci s'est déroulée d'une façon... pas très orthodoxe me semble-t-il ! Un médecin est venu dans l'entreprise où je travaillais. Une employée de bureau est venue me demander ma carte d'identité. Sans que je rencontre le médecin j'ai reçu mon certificat de bonne santé, sans doute appréciée à partir de ma bonne mine sur la photo !!
    10
    Vendredi 3 Février 2012 à 19:52
    C'était vraiment compliqué de venir travailler en France contrairement à ce que l'on pourrait croire. Bisous
    9
    Vendredi 3 Février 2012 à 17:41
    Bonjour Petite-Jeanne,
    et merci pour votre gentille attention, mais votre envoi de "chaleur" n'est pas encore arrivé à destination car ici, il fait de plus en plus froid ; bien sûr, il ne faut pas désespérer, même si on attend avec impatience que ça s'améliore.
    Bonne fin de journée.
    8
    Vendredi 3 Février 2012 à 15:02
    C'est par un beau soleil que je passe te souhaiter un bon week end.
    7
    Jeudi 2 Février 2012 à 19:17
    Bonsoir Petite-Jeanne

    Je te souhaite une bonne fin de journée bien au chaud.

    Gros bisous.

    Marishka
    6
    Mercredi 1er Février 2012 à 18:43
    C'EST TOUJOURS AVEC BEAUCOUP D'EMOTION QUE JE LIS TES BILLETS je te souhaite une bonne semaine bises gelées
    5
    Mardi 31 Janvier 2012 à 13:25
    17 ans après...
    Même si on ne veut plus qu'on entende parler de nous on nous retrouve toujours ou presque !
    Bonne journée
    4
    Lundi 30 Janvier 2012 à 22:25
    je ne suis pas très assidu mais j'essaye de rattaper le retard !! bonne soirée, papé
    3
    Lundi 30 Janvier 2012 à 13:19
    heureusement que tout a changé !
    2
    Lundi 30 Janvier 2012 à 11:20
    et moi qui pensais que les étrangers , arrivant dans un autre pays étaient beaucoup aidés par leurs " frères " .
    comme quoi ? l'argent tue tout ! même l'entraide .
    bisous Jeanne
    1
    Lundi 30 Janvier 2012 à 10:21
    Toujours aussi boulversant à lire !!!!amitiés marie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :