• 110: Le curé

    Suite...  

     Là-bas, le curé passe à Pâques dans les maisons qui le veulent pour les bénir. Pour çà, il existe une herbe qui pousse à cette époque de l'année et si tu veux qu’il vienne, tu en cueilles une brassée et en mets devant ta porte de séjour en général jusqu'à la route, tu étales cette plante. Çà veux dire que tu veux qu'il vienne. Attention, longtemps avant, tu peints, toute ta maison doit être nickel, ménage fait à fond, tu mets ta plus belle nappe, une assiette avec des dragées une autre avec des sous, plus tu mets des sous, plus tu sera bénit. 0 L 3 (2)Le curé vient, il y a un gamin avec une cloche qui sonne pour l'annoncer, il y a aussi les enfants de cœur.

    C'est comme ça qu'on donne les deniers du culte?.

    Ça c’est en plus. Il y deux ou trois avec des sacs pour les dragées et un qui ramasse que les sous. Il discute deux minutes, comme il connaît tout le monde, il demande après ceux qu'il ne vois pas. Nous, comme on était loin, on leur donnait à boire de l'eau. Et tu mets aussi tes plus beaux habits!, ma mère était très chrétienne.

     

    Tant que tu ne travaille pas, tu ne peux pas manquer une messe le dimanche.

    Comme je n'aimais pas aller avec elle à la messe, je faisais croire que j'allais dans une autre église et quand on mangeait, on avait une séries de questions pour savoir de quoi avait parlé le curé au sermon et tout ça, elle savait tirer les vers du nez pour voir si tu y étais allé ou pas. Mon père lui, n'y allait pas mais nous obligeait à nous à y aller. Lui, allait seulement aux grandes occasions. Avant de rentrer, il fallait que je questionne un copain qui y était allé. Mon père, le peu de fois qu'il rentrait à l'église, il posait qu'un genou par terre, jamais le deuxième. En plus lui, il jurait beaucoup tout ce qui n'allait pas, c'était de la faute au bon dieu, alors il jurait et ma mère disait: écoute ça suffit, je voudrais bien qu'il te punisse.

     

    Les curés avaient beaucoup de pouvoir. Quand j'ai voulu partir travailler en France, il me fallait le certificat d'étude. Je l'avais passé avec succès mais je n'avais pas le papier. Je suis allé de l'école à un bureau puis encore un autre bureau, je n'ai pas pu l'avoir. Je suis allé voir le curé, j'ai expliqué la chose, il m'a dit – revient dans quelques jours. Et il m'a donné mon certificat, je l'ai toujours, je te le montrerais.

     

    0 L 3 (3)Histoire de la princesse: 

    Tu sais quand j’étais petit on ma appris à faire trois bouchées dans une olive, on n’avait pas le droit de la manger d’un coup et encore olives maison. Elles étaient mises dans une jarre en terre cuite avec du gros sel et de l'eau, on la changeait je ne sais plus combien de fois, ça restait cru bien sur, ca me fait penser à une histoire.

    Je ne me rappelle plus bien, je connaissais une histoire du temps des rois, je vais voir si j’arrive à te la raconter. ça parle de zizi, un roi avait envoyé un grand de la cour à la recherche de celui qui avait le plus grand zizi pour sa fille. Il est parti avec toute une cavalerie et tout d’un coup, dans une fête, il voit un gars qui jouait du tambour avec. Ça y est, il a trouvé le bon, et lui amène. Elle couche avec une nuit, elle dit non pas assez. 0 L 3 (1)Il repartent, arrivent dans une propriété d’oliviers c'était la cueillette des olives un gars couché par terre faisait tomber toutes les olives avec son zizi. Là, on à trouvé le bon, il le ramène, elle dit non je n’en veux pas, pas assez. Ils repartent, et arrivent au bord d'une rivière et tout le monde se dirigeait au même endroit. Merde le pont, c’est par là, c'était encore un qui faisait traverser les gens avec son zizi.

     Il y en a de bon au Portugal!.

     Ah c’est des portugais ça!. Traverser d’un côté à l'autre sans toucher l'eau. Et là tout d'un coup, ils crient venez, venez, au moment ou un gars traversait l'autre coté il rentre son zizi. Les voilà partis, ils se présentent et tout le monde surveille y compris le roi, il fait son affaire à la princesse et juste après celui qui traversait est libéré et sort, le roi:<eh ben celui là est le bon, il vient d'arriver et m’a déjà fait un petit fils.

     Ouah! elle est compliquée ton histoire.

    C’était mieux que ça mais ne je me rappelle plus.

    A suivre (111)... 

    « 109: Quand j'étais petit jeune homme111: Mon dernier patron et la fille »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    11
    monique
    Mardi 13 Novembre 2012 à 23:17
    Quelle histoire! et on voit que les femmes sont exigentes au Portugal!!!! enfin bonne année Flo et continue de nous raconter ton enfance!!!
    10
    marmota
    Mardi 13 Novembre 2012 à 23:17
    hi ! hi ! Hi !!
    9
    Vendredi 13 Janvier 2012 à 19:18
    Bonsoir Petite Jeanne. Moi aussi j'étais obligée d'aller à la messe par mes parents. Bisous
    8
    Lundi 9 Janvier 2012 à 14:21
    c'est vrai , avant , les curés étaient importants
    et les gens trés croyants aussi . trop peut être ...
    enfin , les temps ont bien changés et les curés aussi .
    bonne journée ! bises
    7
    Jeudi 5 Janvier 2012 à 18:13
    Quand j'habitais au Portugal à la fin des années 80 je me rappelle que les filles (et les femmes) étaient encore très surveillées. Mon voisin me disait quelques mots par-dessus le mur du jardin, mais sa femme et ses filles sortaient très peu. La religion aussi était encore très vivante. Pour les histoires olé, olé, je ne comprenais pas assez la langue pour savoir de quoi il était question.
    6
    Mercredi 4 Janvier 2012 à 16:38
    Bonjour Jeanne,
    Même si pour des raisons très personnelles, je n'aime pas les "formalités d'une nouvelle année", je viens te souhaiter une très belle année. amitiés marie
    5
    Mardi 3 Janvier 2012 à 18:52
    Bonjour Petite Jeanne

    Je te souhaite une très belle année 2012, que celle-ci t'apporte joie, bonheur, santé, prospérité et bien d'autres pérégrinations qui nous ravirons !

    Me revoilà, en plus ou moins bonne forme... Toujours mon dos qui me donne du fil à retordre.

    J'espère que tu as bien commencé l'année.

    Bonne fin de journée et gros bisous.

    Marishka
    4
    Mardi 3 Janvier 2012 à 07:27
    Que l'an neuf t'apporte à toi et les tiens santé ,bonheur et prospérité ainsi que la joie de partager tes beaux billets big bises
    3
    Lundi 2 Janvier 2012 à 16:21
    voilà une bien drôle d'histoire.....passe un bel après midi
    2
    Lundi 2 Janvier 2012 à 13:38
    Oh quelle enfance ! c'est bien qu'il puisse raconter tout ça !
    Bonne année ! et à bientôt pour la suite
    1
    Lundi 2 Janvier 2012 à 05:43
    Bonjour,
    Ton enfance n'a pas été toujours rose, mais c'est bien de se souvenir.
    Bonne année.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :