• 109: Quand j'étais petit jeune homme

    Suite...     

    Après, moi déjà petit jeune homme, le dimanche matin je travaillais jusquà une heure, je rentrais me laver, comme ca, pas de douche, pas de baignoire, seulement une 0 L 4 (2) grosse bassine toujours en terre cuite j'attendais pour manger. Après, je prenais mon vélo et j’allais retrouver mes copains tous les dimanches on savait où on allait, tout le monde à vélo, copains, copines.

        A quel âge tu as eu un vélo?.

       13 ou 14 ans, j'ai acheté un vieux vélo d'occasion à un oncle et je l'ai fait rénover. Sous Salasar, les vélos étaient immatriculés et il fallait un permis. D’ailleurs il fallait un permis (ou licence) pour avoir un chien, les charrettes tirées par des bœufs ou chevaux avaient aussi une immatriculation. Moi, je n'ai jamais passé le permis, je roulais sans et je ne me suis jamais fait prendre mais le vélo avait une plaque à mon nom.

       On allait toujours à la maison de celui qui été le plus près de là où on allait. Tout le monde laissait son vélo et on partait à pied tous à des 15 / 20 k de là, et on jouait tout le chemin, et on revenait pareil. Souvent on mangeait une bricole, un bout de gâteau par ci, par là,. Nous allions à des fêtes ou voir des groupes folkloriques ou parfois à la plage avec un ballon, un rien on s'amusait, on se faisait tomber les un les autres dans le sable de préférence les filles mais attention là, pas touche il y avait toujours un frère responsable tu vois, puis les filles rentraient chez elles.

       Moi j’avais pas de sœur alors, après, le soir je passais à la bibliothèque, moi j'étais adhérent, je payais un abonnement tous les mois. Il y avait les journaux, j'aimais bien, il y avait aussi la télé dans une grande salle, attention bruit interdit après j'allais au café boire une bière brune avec des lupins cuits. Tu nas pas vu ça la-bas?.

       Oui, c'est des trucs jaunes, il faut enlever la peau.

       C’est ca, après j’allais au cinéma souvent tout seul.

       Ou alors avec des copains pas des filles.

       Tu avais un peu de sous quand même.

      0 L 4 (3) Je travaillais, à partir de mes quinze ans, j’ai gagné pour moi et je sortais du cinéma je passais au bal, c’est à partir de là que ça ce compliquait, je ne dansais pas moi, c'était juste pour voir les filles, j’attendais minuit comme çà je ne payais pas pour peu qu’il y avait des gars et filles de mon coin, on rentrait ensemble tout ca par des petits chemins, on se cachait derrière les pins dans le noir pour se faire peur les uns les autres, que des conneries toutes simples, tu vois on s'amusait avec rien et il y avait une bonne ambiance, on respectait les filles, c'était sérieux. Même des mobylettes, il y en avait très peu, tout le monde vélo, mais aussi beaucoup de marche à pied.

       Et après, coucher dans la paille.

       Pourquoi dans la paille?.

       Ah! minuit, souvent la porte était fermée.

     

       Pas souvent mais parfois, souvent à Pâques, on avait de nouveaux habits et si j'avais fait quelque chose de pas bien, on me disait: - tu n'aura pas ton costume, tu n'aura pas ceci ou cela...

    Ces menaces-là je les prenais très au sérieux aussi quand c'était le moment d'aller à l'essayage, je refusais tout net, c'est pour ca que j'avais souvent de vieilles loques sur le dos.

       Et puis un jour il y a eu une réunion de famille (mes parents et moi), grandes discutions. La décision à été prise que je donnerais ma paye à mes parents pour être nourri et logé, et les heures supplémentaires je les aurais pour moi, pour m'habiller et mes sorties. Un grand pas vers la liberté, parce que je n'aimais pas travailler la terre, j'aimais bien mieux être maçon même si ce n'est pas toujours facile.

     

       J'avais très envie d'avoir une montre, je les regardais dans la vitrine en pensant ne jamais pouvoir me l'offrir. Je travaillais justement chez le beau-frère du bijoutier quand un chauffeur de mon patron est venu me parler: - Si elle te fait envie!, achète-la. - je n'ai pas les moyens. - Mais si, suis moi tu vas voir. Il m'a présenté au bijoutier en vantant mes talents de maçon, l'autre me propose de venir chaque semaine le payer peu à peu. Je suis reparti avec la montre, je la trouvais si belle que de peur de l'abimer, je la mettais dans ma poche pliée dans un chiffon. Je ne la mettais au poignet que pour les grandes occasions. Je l'ai encore...

      0 L 4 (1)

       J'aimais bien rendre visite de temps en temps à mes marraines, j’en ai deux, une c'était ma tante sœur de mon père, et lautre parce que c'était la femme de mon parrain. Je ne me rappelle pas de lui, il est parti un jour pour le Brésil je crois et il n’est est jamais revenu. Mais j’allais toujours la voir, elle me donnait mon dimanche tu comprends (une petite pièce), et aussi parce que j’avais mon gâteau, cest tout, la coutume qui veut que à Pâques, jusquà ce que tu soit marié, on va les voir et ils nous donnent un gâteau avec des œufs plantés dedans cuits durs avec des pelures d’oignons pour leurs donner une couleur et plus tu as de l’âge, plus le gâteau est grand et plus y à des œufs normalement vers la fin c’est de l'argent qu’on te donne.

       Ah, je ne connais pas cette coutume.

       Ici, ça à toujours existé.

    A suivre (110)...

    « 108: Apprentissage110: Le curé »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    10
    Chris
    Mardi 13 Novembre 2012 à 23:17
    Paix, Bonheur, Santé, Prospérité

    à Toi et tes Proches

    pour l'Année 2012.

    Bonne et Heureuse Année

    Amitiés
    9
    marmota
    Mardi 13 Novembre 2012 à 23:17
    la coutume des oeufs existe en france et meme en andorre. la difference que, en france ça s fait la nuit et ici á se fait le jour avec un ane et une grande perche avec un panier d'osier pour atteindre les fenetres. Il y a des danseurs et danseuses en costume.
    8
    Lundi 9 Janvier 2012 à 14:06
    coucou
    enfin me rvla, a présent que les travaux sont pratiquement terminés , je reviens sur les blogs et aussi sur le mien ...
    elle n'était pas facile la vie en ces temps la .
    merci pour le partage . bisous a toi et encore " bonne année ! "
    7
    Dimanche 8 Janvier 2012 à 07:36
    Mon dernier invité reparti,je reprends vite mes bonnes habitudes , je te souhaite une année riche en partage de bons billets big bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
    6
    Lundi 2 Janvier 2012 à 02:59
    Bonne année à vous deux :)
    5
    Dimanche 1er Janvier 2012 à 14:08
    Bonne année à ton ami et toi, Petite Jeanne ! Je vous souhaite la santé et la réalisation de vos voeux. Bisous
    4
    Dimanche 1er Janvier 2012 à 07:36
    je te présente mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année
    3
    Jeudi 29 Décembre 2011 à 20:32
    Très fatiguée depuis Noël je ne suis guère passée sur les blogs ces derniers temps. Plus tard je reviendrai lire ces textes.
    Tous mes meilleurs voeux de bonne et heureuse année 2012 à toi et à ceux qui te sont chers.
    Pense à répondre au sondage anonyme sur mon blog (colonne de droite) lorsque tu auras l'occasion d'y venir.
    2
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 20:49
    Merci à vous deux pour ces récits de votre enfance. Bonne soirée et bisous
    1
    Mardi 27 Décembre 2011 à 16:07
    Bonjour Petite-Jeanne

    Chez moi ça y est la magie de Noël est passée... il va falloir retrouver la forme pour le réveillon du nouvel an. Il sera plus calme.

    J'espère que la magie a aussi opéré chez toi.

    Bonne fin de journée et gros bisous.

    Marishka
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :